Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Operaphile

Operaphile

Comptes rendus de spectacles lyriques... entre autres choses....


17 mars 2014 - La Flûte Enchantée à Bastille

Publié par Jean Luc sur 18 Mars 2014, 20:34pm

Catégories : #Opera mis en scene

Je suis généralement assez peu fan des représentations mozartiennes à Bastille : trop grand, trop sec. Mais cette Flûte Enchantée à été une excellente surprise. Philippe Jordan, dirige avec énergie et le travail sur l'articulation, les tempi et les sonorités de l'orchestre est vraiment remarquable. Les équilibres sont surveillés de très près et l'attention aux interprètes palpable à chaque instant. Il y a toutefois quelques passages moins réussis, notamment dans les airs lents au cours desquels l'orchestre semble comme se diluer, perdre sa précision.Mais le grand succès de cette production, c'est sa distribution. En Tamino, Pavol Breslik dispense un timbre superbe, parfaitement projeté, une ligne de chant irréprochable. D'autant plus remarquable que le ténor mozartien est une denrée rare aujourd'hui. Le Papageno de Daniel Schmutzhard est parfait, délicieux, drôle sans caricature, très à l'aise et très naturel. Julia Kleiter est une Pamina de luxe, rayonnante, très musicale. Une voix comme éclairée de l'intérieur, parfaite dans le rôle, souvent bouleversante (en particulier le "Tamino mein"). Également excellent le trio des trois dames. Un peu en dessous, le Sarastro de Franz Josef Selig a la puissance et les graves mais la voix semble fatiguée, abîmée. De même, le Monostatos de François Piolino manquait un peu de noirceur, d'épaisseur et de vulgarité. Le trio de garçons, issu de l’Aurelius Sängerknaben Calw , ne chantait pas plus faux que d'habitude (...).

Mais, très au dessus de cette superbe distribution, on trouve la Reine de la Nuit de Sabine Devieilhe. Le timbre est superbe, la ligne est nette et précise, et la voix passe sans trop de difficulté l'immensité de la salle. Au plan technique, c'est irréprochable pour ne pas dire sidérant de précision : le staccato, l'agilité, les fa sont en place et elle s'offre le luxe de piani stupéfiants (montées alternées forte et pianissimo au contre fa !).

Reste la mise en scène de Robert Carsen. On lui saura gré de nous avoir évité l'exotisme égyptien et les allusions lourdaudes aux symboles maçonniques. On se satisfera aussi de belles images et d'une intégration très esthétique de la vidéo. Le parti pris de faire de la Reine et de Sarastro des complices est déjà vu et pas très original. En revanche, je suis resté perplexe devant ces prêtres en noir et voilés (pourquoi donc, pourquoi donc ????). Au final, quelques longueurs et un peu d'ennui.... C'était la faiblesse (relative) d'un spectacle de très haut niveau.

17 mars 2014 - La Flûte Enchantée  à Bastille

Commenter cet article

Bruno Maury 18/03/2014 21:46

Merci Jean-Luc pour cette belle critique !

Jean Luc 19/03/2014 06:11

De rien. Sabine Devieilhe m'a vraiment enthousiasmé....

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents