Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Operaphile

Operaphile

Comptes rendus de spectacles lyriques... entre autres choses....


19 mars 2015 - Gala des contre-ténors au Théâtres des champs elysees,

Publié par Jean Luc sur 21 Mars 2015, 16:31pm

Catégories : #Concert contre tenor

Affiche prestigieuse pour ce concert qui coïncidait (heureux hasard....) avec la sortie en France du disque éponyme. Max Emanuel Cenčić, Valer Sabadus, Xavier Sabata et Vince Yi. Ne manquait que Yiury Mynenko par rapport au CD. Mais les artistes nous ont fait la grâce d'un programme en grande partie différent de celui de l'enregistrement.

George Petrou est décidément un des chefs les plus pertinents et impressionnants dans le répertoire baroque. Sous sa direction précise et attentive, l'Armonia Aténea est impeccable et les intermèdes instrumentaux sont partie intégrante de la soirée et du plaisir de l'auditeur. En particulier le concerto pour 2 violons et le concerto pour basson en mi mineur, tous deux de Vivaldi, sont des interprétations rares qui mériteraient le disque. D'une façon générale, la direction de Petrou évite toute mièvrerie et donne à ce répertoire toute sa force et son originalité. Elle est une part importante du grand succès de cette soirée.

C'est Xavier Sabata qui a ouvert la fête. Le timbre de mezzo est toujours aussi chaleureux, confine parfois au contralto, et présente des chatoiements mordorés que j'aime tout particulièrement. Techniquement, il est aussi à l'aise dans l'élégie que dans la bravura. Il apporte sans cesse des nuances de couleurs qui signent tout particulièrement son style aussi impeccable dans Haendel que dans Vinci ou Porpora.

Je suis moins sensible au timbre de soprano de Vince Yi dont je trouve l'émission trop serrée et la couleur trop acide, pour porter, du moins à mon sens, une émotion véritable. Mais les aigus sont de belle qualité et l'agilité incontestable. Ce qui lui vaudra un beau succès après un "Crude furie" dans lequel Mynenko (au disque) est toutefois autrement émouvant. Mais des goûts et des couleurs....

Émotion entièrement retrouvée avec Valer Sabadus qui connaîtra, en deuxième partie, une véritable ovation après son "non so frenare" (Gluck). La voix, un peu moins ample que celles de Cencic et Sabata, est très bien projetée, le registre est extrêmement homogène et l'agilité souvent impressionnante. La palette de couleurs est moins riche que celle des deux autres mezzo mais s'enrichira probablement avec l'âge.

Cencic enfin, toujours souverain, malgré une trachéite qui l'obligera à modifier son dernier air. La voix a encore gagné en maturité, la palette des couleurs s'est encore enrichie et les qualités de cette voix et de l'artiste sont pour le reste intactes. Ceci nous vaudra un "Se mai senti" bouleversant à proprement parler et dans lequel Max Emmanuel Cencic donne le meilleur de lui même et une démonstration de son immense talent.


Programme du concert :


Haendel Concerto grosso n° 4 opus 3
«Dal ondoso periglio-Aure, deh per pieta» extrait de Giulio Cesare ( Sabata)
Mysliveček «Ti parli in seno amore» extrait de Farnace (Yi)
Haendel "Placa l'alma", duo extrait de Alessandro (Sabadus)
Vivaldi Concerto pour deux violons n° 8 op. 3
Hasse "Se mai senti", air extrait de La Clémence de Titus (Cencic)
Sacchini "Placa lo sdegno", air extrait du Cid (Sabadus
Vinci "Mi scacci crudele", trio extrait de Siface (Sabadus-Sabata-Yi)
Gluck "Non so frenare il pianto", air extrait de Demetrio ( Sabadus)
Haendel "Crude furie", air extrait de Serse ( Yi)
Vivaldi Concerto pour basson RV 484
Porpora "Tu spietato no farai", air extrait de Ifigenia in Aulida (Sabata)
Hasse "Vo disperato a morte, air extrait de Tito Vespainsano remplacé par " Solca il mar...." ( Hasse) ( Cencic)
Mysliveček Quatuor final de Romolo ed Ersilia.

19 mars 2015 - Gala des contre-ténors au Théâtres des champs elysees,

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents