Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Operaphile

Operaphile

Comptes rendus de spectacles lyriques... entre autres choses....


17 avril 2015 - Récital Vittorio Grigolo au Théâtre des Champs Elysées

Publié par Jean Luc sur 18 Avril 2015, 14:22pm

Catégories : #Récital ténor


Initialement prévu avec l'Orchestre Philharmonique de Nice, le programme de salle présente comme un choix de Vittorio Grigolo la substitution de la formule récital à la forme "concert", dans un souci d'authenticité et de proximité avec le public. Dont acte.


Il n'en demeure pas moins que si Vincenzo Scalera est un grand et talentueux accompagnateur, l'ampleur du piano est insuffisante pour accompagner efficacement les airs d'opéra : ceci sera particulièrement sensible dans la fin du programme de 1 ère partie, consacrée à du bel canto dans lequel les qualités vocales de V. Grigolo auraient été davantage mises en valeur par un orchestre, ce qui est aussi le cas de certaines des mélodies de Bellini qui ouvrent le spectacle et dans lesquelles l'équilibre voix piano se cherche un peu. Les premières mesures de La Danza seront marquées par un décalage (Grigolo à l'avant scène tournant le dos à son accompagnateur....) qui sera très vite rattrapé.


Le programme est particulièrement beau, très centré sur la mélodie, des délicates œuvres de Bellini aux sensibles romances napolitaines de deuxième partie qui constitue la meilleur part du programme. Et Grigolo a été proprement bouleversant dans ce répertoire à de très nombreuses reprises. Le timbre est toujours somptueux, chatoyant, généreux, la voix est particulièrement ductile, capable d'aigus rayonnants, de forte bien projetés, de piani et pianissimi très bien filés. Tout celà soutenu par des intentions d'interprétations sensibles et le plus souvent bienvenues.


Alors oui, certains effets sont très appuyés et le recours à l'effet de "soufflet" est un peu trop systématique. Oui, la voix et la présence de l'artiste sont outrageusement italiens mais peut on le lui reprocher ? Ce qui est certain c'est que l'engagement est total, sans concession et d'une sincérité indiscutable, ce qui est préférable à certains artistes de grand talent qui chipotent et leur plaisir et celui de leur public. Cet engagement entier est tellement rare qu'il fait oublier les maladresses parfois beaucoup trop théâtrales, c'est vrai, mais qui sont désormais très concentrées sur les bis (généreux d'ailleurs). Mais il emporte son public jusqu'à un improbable Brindisi chanté avec la salle. Italianississimo, certes, mais pourquoi bouder notre plaisir quand on sort de la salle avec le sourire aux lèvres ?


Programme du récital :

Bellini « Dolente immagine di Fille mia », « Vanne, o rosa fortunata », « Malinconia, ninfa gentile », « Per pietà, bell’idol mio »
Rossini « La danza »
Donizetti « Inosservato, penetrava… Angelo casto e bel » extrait d’Il Duca d’Alba
Verdi « Ah sì, ben dite… Tutto parea sorridere », extrait d’ Il Corsaro
Tosti « Chanson de l’adieu », « Pour un baiser », « Ideale », « ‘A vucchella », « L’ultima canzone »
Gastaldon « Musica proibita »Leoncavallo « Mattinata »
De Curtis « Ti voglio tanto bene »
D’Annibale « O paese d’ ‘o sole »
Bis :
"Una furtiva lagrima" Donizetti, l'Elisir D'amore
"E lucevan le stelle " Puccini, Tosca
O sole moi
Brindisi, Verdi, La Traviata

17 avril 2015 - Récital Vittorio Grigolo au Théâtre des Champs Elysées

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents