Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Operaphile

Operaphile

Comptes rendus de spectacles lyriques... entre autres choses....


8 juin 2015 – La Belle Hélène (Offenbach) au Chatelet

Publié par Jean Luc sur 9 Juin 2015, 15:45pm

Catégories : #Opera mis en scene

Le procédé de mise en scène développé par le tandem Corsetti et Sorin est toujours aussi extraordinairement sophistiqué, agréable et déjanté. Il se prête à merveille, avec les deux niveaux de gags qu’il autorise (sur le plateau et sur l’écran vidéo), à la musique et au livret de La Belle Hélène. L’effet est tout aussi réussi que dans la Pietra del Paragone (voir ici chronique du 20 janvier 2014), et se prête à la même réserve à savoir la dispersion excessive de la capacité d’attention du spectateur. Mais pour une fois qu’une mise en scène déborde de trouvailles et que la direction d’acteurs est remarquable, ne boudons pas notre plaisir.


La direction de Lorenzo Viotti est toute empreinte de précision, d’engagement et de pétulance. L’attention portée au plateau, sur lequel les chanteurs ont fort à faire, est permanente et les équilibres impeccables. Bref une belle, très belle, interprétation d’Offenbach, même si l’orchestre était un peu trop petit, manquait parfois de sensualité et a connu quelques problèmes de décalage dans le pupitre des cordes.


Sur scène, l’enthousiasme est également débordant. Gilles Ragon (Menelas), Marc Barrard (Agamemnon), Raphael Bremard et Franck Lopez (les deux Ajax), Jennifer Michel (Bacchis) sont d’excellents professionnels qui se coulent dans la partition et la mise en scène et nous font partager leur palpable délectation. La déception provient du Paris de Merto Sungu qui n’a pas les moyens vocaux ni physiques du rôle, et dont la diction est franchement défaillante. En revanche, j’ai particulièrement apprécié :
- le Calchas de JP Lafont qui est monumental, dont la présence est palpable et les ressorts comiques impeccables ;
- Mark van Arsdale, qui nous livre un Achille en troufion bourrin qui est un vrai bonheur de suffisance et de sottise. Un délice !
- Kangmin Justin Kim qui apporte sa voix de contre-ténor au rôle d’Oreste, choix audacieux et anachronique qui est pourtant une vraie réussite sur le plan musical. En ce qui concerne la comédie, c’est peut-être l’acteur parfait pour le jeune et primesautier Oreste, compte tenu de son énergie et de sons sens inné de la parodie (voir la vidéo dans laquelle il parodie C Bartoli et que j’ai publié ici même)
- Enfin, la superbe Hélène de Gaëlle Arquez qui incarne une Hélène authentiquement belle, pleine d’humour et avide de rencontres, sans jamais céder à la plus petite facilité vocale ou vulgarité scénique. La mezzo soprano joue d’un timbre velouté et charmant, à l’émission naturelle et à la diction irréprochable.


Distribution :
Hélène, reine de Sparte : Gaëlle Arquez
Pâris : Merto Sungu
Oreste, fils d'Agamemnon : Kangmin Justin Kim
Ménélas, roi de Sparte : Gilles Ragon
Calchas, Grand Augure de Jupiter : Jean-Philippe Lafont
Agamemnon, roi des Rois : Marc Barrard
Achille, roi de Phtiotide : Mark van Arsdale
Ajax I, roi de Salamine : Raphaël Brémard
Ajax II, roi des Locriens : Franck Lopez
Loena : Rachel Redmond
Bacchis : Jennifer Michel

8 juin 2015 – La Belle Hélène (Offenbach) au Chatelet

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents