Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Operaphile

Operaphile

Comptes rendus de spectacles lyriques... entre autres choses....


9 mars 2017 - Le retour d'Ulysse (Monteverdi) au Théâtre des Champs Elysées

Publié par Jean Luc sur 12 Mars 2017, 12:07pm

Catégories : #Opera mis en scene

1641. C'est l'année de création d'Il Ritorno d'Ulisse in patria à Venise. C'est aussi l'époque à laquelle l'opéra sort des cours princières et des salons des palais pour aller à la rencontre d'un "vrai" public. Ce qui est le cas d'Il Ritorno créé dans un théâtre privé, le San Cassiano, premier théâtre privé de Venise, ouvert 4 ans plus tôt.

L'attribution de la partition incomplète à Monteverdi a autrefois fait débat, même si aujourd'hui, comme le rappelle Emmanuelle Haim, on penche pour une œuvre collective pilotée par Monteverdi. Ce qui est certain, c'est que le caractère incomplet de la partition laisse une grande latitude à la direction musicale. Et on est en premier lieu surpris par l'importance relative de la basse continue qui compte presque autant d'interprètes que l'orchestre aux dimensions modestes. Avec ces effectifs, Emmanuelle Haim déroule sur 3 heures un ruissellement accompli, si typique de la musique de Monteverdi, mais somme toute assez peu coloré, comme si les exploits guerriers et l'héroïque retour d'Ulysse étaient moins le propos de l'œuvre que la longue et désespérante attente de Pénélope. Cette interprétation est à la fois raffinée, somptueuse et austère.

La mise en scène de Mariame Clément s'articule également autour de Penelope qui devient pivot de l'action. Mais si la direction d'acteurs est remarquable, fouillée et attentive à tous les rôles, la foisonnante mise en scène de Mariame Clément, qui est très agréable à l'œil, finit par tourner à un grand fourre tout dans lequel le spectateur se perd et qui ne présente guère d'intérêt. Ce "jusqu'au boutisme" nuit ainsi à de belles idées : Ulysse retourne son arc contre les cieux : pourquoi faut il ensuite faire mourir les dieux de l'Olympe dans une scène assez grotesque ? Si le rideau de scène qui fait ondoyer une mer paisible est superbe, à quoi rime la diversité des costumes : Ulysse en personnage d'héroic fantasy, Pénélope en robe d'intérieurs année 30, Telemaque en jeans, Iro en touriste, la nourrice en costume médiéval.... Et, de même que le bar de l'Olympe dans lequel s'ennuient et picolent les dieux est une belle idée, on persiste à se demander pourquoi Minerve fille un peu vulgaire sur l'Olympe devient si fidèle, en chiton, à sa représentation traditionnelle lorsqu'elle vient sur Terre. En somme un travail riche, plutôt agréable à l'œil mais qui manque de colonne vertébrale, qui est trop décousu pour contribuer efficacement à une lecture réinventée d'une œuvre musicalement très aboutie.

Tête d’affiche de cette production, Rolando Villazon en est la plus grande déception. La présence scénique et l'engagement théâtral sont toujours impressionnants mais ce qui faisait le charme indicible de cette voix à quasi disparu, malgré le recours à une technique robuste : la voix est fatiguée, en tension constante, les aigus forcés systématiquement, le timbre manque cruellement d'homogénéité et les problèmes de justesse sont nombreux. Toutefois, le grave barytonnant est souvent beau et il réussit à porter une émotion palpable dans le duo avec Eumee au II et dans le duo avec Pénélope au final des III.  Face à lui, la Pénélope de Magdalena Kozena n'était pas non plus ce 9 mars en grande forme. La voix semblait plate et retenue, peu colorée, même si la technique est irréprochable et si les récitatifs sont particulièrement enlevés.

La superbe surprise de cette production est offerte par les interprètes des personnages secondaires qui sont un vrai bonheur. Tous sont stylistiquement irréprochables. 

Particulièrement remarquable est la Minerve de Anne Catherine Gillet. La voix est pure et d'une grande agilité, le jeu pétille et chacune de ses interventions dynamise le plateau. De même l'Eumee de Kresimir Spicer rayonne à chacune de ses apparitions, servi par un timbre chaud et une voix douce et puissante. De même le Telemaque nonchalant de Mathias Vidal est une réussite : la voix est claire, sa très belle diction sert à merveille les intentions, et les nuances dont il est capable sont superbes. On est impressionné par les graves abyssaux de Callum Thorens qui compose un très inquiétant prétendant et dont le chant élégant ajoute au cynisme du personnage. Moins profond dans le grave, Jean Teitgen compose un Neptune trivial et revanchard à souhait qui met en évidence un beau timbre corsé et homogène. Emiliano Gonzalez Toro est un Eurymaque séducteur et séduisant, timbre chaleureux, grande agilité et belle projection, avec des effets sinueux dans la voix qui m'ont ravi. Si son amante, la Mélantho d'Isabelle Druet m'a semblé vocalement un peu plus en retrait, tout comme le Jupiter de Lothar Odinius, Katherine Watson est une Junon de grand luxe. De son côté, le contre ténor Martens Engeltjes sert Pisandre avec autorité, à l'aide d'une voix très bien projetée et à la belle musicalité. Enfin le Irus de Jörg Schneider est ridicule et truculent à souhait sans que ni la voix ni l'interprétation ne se laissent aller à la moindre vulgarité. La longueur de souffle dans son solo du III est impressionnante. Enfin les courtes interventions d'Elodie Mechain en Euryclee ont toutes été réussies, à l'aide d'un très beau contralto qui s'appuie sur un bas médium de grande beauté.

Les spectateurs ont réservé de chaleureux applaudissements à ce spectacle dont l'intérêt réside dans la belle direction d'Emmanuelle Haim et, surtout, dans la remarquable distribution des personnages secondaires qui font passer rapidement ces 3 heures de musique. 

9 mars 2017 - Le retour d'Ulysse (Monteverdi) au Théâtre des Champs Elysées
9 mars 2017 - Le retour d'Ulysse (Monteverdi) au Théâtre des Champs Elysées

Commenter cet article

mpr 12/03/2017 18:09

merci pour ce bel article, mais je vois avec une certaine tristesse que Villazon a beaucoup de mal a refaire surface...

Jean Luc 12/03/2017 18:13

Oui, c'est un peu triste....

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents