Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Operaphile

Operaphile

Comptes rendus de spectacles lyriques... entre autres choses....


25 avril 2017 - Concert Patrizia Ciofi à la Philharmonie.

Publié par Jean Luc sur 29 Avril 2017, 19:32pm

Catégories : #Concert soprano

 

Ce concert de celle qui est une des plus grandes soprano du moment était alléchant à plus d'un titre. Son programme tout d'abord, entièrement consacré à Haendel, pour une colorature qui est surtout connue pour son répertoire bel cantiste XIXème siècle. Ensuite, la proximité calendaire avec le concert de Sonya Yoncheva, donné ici même une semaine plus tôt sur un programme également haendelien. 

 

Dès le 1er air (Rodelinda), on est saisi par un travail très proche de la déclamation, qui tire rapidement parti de l'ingrate acoustique de la Philharmonie pour la voix. Technique sûre qui produit des trilles ciselés et ses fameux aigus si reconnaissables à la fois rayonnants et comme étranglés. Le deuxième air confirme la grande forme de Patrizia Ciofi. Cet "Ombre pallide" est dépouillé et précis, sans aucun effet superflu mais avec une infinité de nuances. C'est bouleversant. Et d'une façon générale, le travail d'interprétation est tout à fait remarquable. Le style est précis et d'une grande netteté, très baroque, alliant déclamation dépouillée et ornementations échevelées des da capo. Les aigus sont beaux, toujours très justes. Les pianissimi sont aériens et jouent à fond sur l'acoustique de la Philharmonie ; dans "Ah, mio cor...", ils semblent comme des sanglots.

 

Si le « Vo far guerra » d’Armide a semblé un peu en dessous avec ces longs passages de clavecin qui sonne mal à la Philharmonie et une Patrizia Ciofi moins inspirée, l'excellence est de retour avec un Furie terrible"  tout à fait terrifiant, d'une exactitude impitoyable. Les deux airs de Cleopatre sont une véritable leçon de chant : là aussi, la technique est tellement impressionnante qu'elle disparaît totalement à l'écoute. L'interprétation est proprement bouleversante et le chant la sert avec une immense intelligence. Les ornementations sont délicates et élégantes mais trahissent aussi un goût réel pour la prise de risque. 

 

Les bis la trouvent complètement libérée. Le «Tornami a vagheggiar» nous apporte un florilège de notes piquées et une parfaite osmose avec l'orchestre qui reprend les ornementations. Enfin une reprise du "Furie terribile", encore plus échevelée, comme un cri, avec ses notes perçantes et glaçantes.

 

Il Pomo d’Oro, bien que desservi par une acoustique insuffisamment sèche qui n'est vraiment pas propice à la musique baroque, est vif, énergique, enthousiaste. La direction de Maxim Emelyanychev se livre à quelques audaces inhabituelles mais qui sont des réussites et qui s'accordent pleinement au chant de Patrizia Ciofi. Le Hasse fut très beau et très emblématique de l'enthousiasme de cette formation.

 

Belle soirée qui s'achève en triomphe pour une Patrizia Ciofi qui a triomphé de l'acoustique de la Philharmonie et surpassé ce soir Sonya Yoncheva.

 

 

PROGRAMME 

 

Georg Friedrich Haendel

"Morrai, si" (Rodelinda)

"Ah! Ruggiero crudel... Ombre pallide" (Alcina)

Passacaille (Rodrigo)

"Or mi perdo di speranza" (Siroe, re di Persia)

Sonata a quattro en sol majeur, Op.5 n°4

"Ah mio cor" (Alcina)

"Vanne lungi dal mio petto" (Amadigi)

 

Entracte

 

Georg Friedrich Haendel

Sinfonia en si bémol majeur, HWV 339

"Vo far guerra" (Rinaldo)

"Furie terribili" (Rinaldo)

Johann Adolf Hasse

Adagio et fuga

"Se pietà di me non senti" (Giulio Cesare)

"Da tempeste" (Giulio Cesare)

 

BIS

Georg Friedrich Haendel

"Tornami a vagheggiar" (Alcina)

"Furie terribili" (Rinaldo)

 

Patrizia Ciofi, soprano

Il Pomo d'Oro

Direction musicale et clavecin : Maxim Emelyanychev

 

25 avril 2017 - Concert Patrizia Ciofi à la Philharmonie.
25 avril 2017 - Concert Patrizia Ciofi à la Philharmonie.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents