Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Operaphile

Operaphile

Comptes rendus de spectacles lyriques... entre autres choses....


19 juin 2018 - Don Pasquale (Donizetti) à l’Opera national de Paris (Garnier)

Publié par Jean Luc sur 22 Juin 2018, 12:22pm

Catégories : #Opera mis en scene

Soixante-neuvième ouvrage du prolixe Donizetti, Don Pasquale signe le sommet et la fin de l’opera buffa italien. Créé le  3 janvier 1843 au Théâtre-Italien, il est le dernier grand succès de Donizetti, dont la santé mentale se détériore rapidement (il est interné en 1846). Destinée à garantir le succès, l’écriture de l’œuvre est particulièrement soignée, sur un livret qui accumule les poncifs du genre tout en leur donnant une coloration douce-amère. La partition, pour dynamique et enjouée qu’elle soit, n’est toutefois pas caractérisée par son inventivité, Donizetti reprenant, presque sous forme de citations, les efficaces recettes de Rossini et déployant son art de la mélodie. 

 

Pour cette entrée au répertoire, l’Opera de Paris a confié la mise en scène à Damiano Michieletto. Si j’avais beaucoup aimé son Barbier et, dans une moindre mesure, son Samson, je dois reconnaître que cette mise en scène est plus faible. La direction d’acteurs, particulièrement précise, est pourtant une réussite, soutenant une caractérisation intéressante et intense des protagonistes : un Pasquale vieux et enfermé dans sa nostalgique solitude, un Malatesta malsain et manipulateur, une Norina rusée et cynique, dépourvue de scrupules, un Ernesto lunaire et enfermé dans un monde onirique... Mais le décor est d’un vide sidéral, le recours aux années 50 devenant lassant et surtout usé, et l’emploi des incrustations vidéos et des marionnettes, comme plaqué à la mise en scène, n’apporte rien sinon un pénible sentiment de déjà vu. Le plus grave est que l’absence de décor (limité à des portes et à un toit de néons stylisé) prive les chanteurs de réverbération et nuit lourdement à leur projection. Difficilement pardonnable s’agissant d’opéra.

 

Evelino Pido réussit quelques jolies pages et de beaux crescendo-accelerando. Avec un orchestre de taille réduite, il est moins bruyant que d’habitude et semble plus attentif aux équilibres entre la fosse et le plateau. La direction est énergique et enlevée mais l’orchestre semble comme retenu par la baguette de son chef qui modifie les tempi au gré de sa fantaisie, égarant à quelques reprises le choeur ou les chanteurs dans les ensembles. 

 

Michele Pertusi est à la peine tout au long de la représentation. Il ne parvient pas à réellement incarner vocalement le personnage voulu par la mise en scène, la voix est souvent un peu blanche et le legato parfois comme haché. Seul le chant syllabique lui permet de tirer son épingle du jeu, notamment dans un formidable duo avec Malatesta, dans lequel il rappelle quel superbe technicien il est.

 

La mise en scène repose sur le couple Norina-Malatesta. Nadine Sierra fait preuve d’un abattage remarquable, véritable bête de scène servie par un (très) joli physique. La voix est très agile, le timbre acidulé n’est pas déplaisant mais on ne peut s’empêcher de soupçonner le jeu débridé de masquer quelques insuffisances dans le medium. Florian Sempey est un beau Malatesta, rôle dont il possède tous les moyens. Bel acteur, engagé, la technique est sûre, le timbre enveloppant et sinueux à souhait. 

 

Lawrence Brownlee est lui aussi un bel Ernesto. La technique belcantiste est utilisée avec bonheur et le résultat est là : ligne impeccable, beau legato, timbre solaire et beaux aigus. 

 

Faute à un défaut de réverbération lié à la conception des décors et à une direction crispée, il s’en est fallu d’un presque rien que cette entrée au répertoire soit une réussite....

 

 

Programme et distribution : 

 

Gaetano DONIZETTI (1797-1848)

Don Pasquale 

Dramma buffo en trois actes

Livret en italien de Giovanni Ruffini

Créé à Paris, Théâtre-Italien, le 3 janvier 1843

 

Don Pasquale : Michele Pertusi

Norina : Nadine Sierra

Ernesto : Lawrence Brownlee

Malatesta : Florian Sempey

Notaire : Frédéric Guleu

 

Mise en scène : Damiano Michieletto

Décors : Paolo Fantin

Costumes : Agostino Cavalca

 

Orchestre et chœurs de l’Opéra national de Paris

Direction : Evelino Pido

 

 

 

Crédit photographique : © Vincent Pontet

 

 

 

 

 

 

19 juin 2018 - Don Pasquale (Donizetti) à l’Opera national de Paris (Garnier)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents