Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Operaphile

Operaphile

Comptes rendus de spectacles lyriques... entre autres choses....


4 mars 2020 - Manon (Massenet) à l’Opéra national de Paris (Bastille)

Publié par Jean Luc sur 11 Mars 2020, 16:55pm

Catégories : #Opera mis en scene

4 mars 2020 - Manon (Massenet) à l’Opéra national de Paris (Bastille).

 

 

Faute aux grèves à l’Opéra, cette deuxième représentation fut en réalité une première et offrit un vrai succès à cette nouvelle production en dépit des sentiments très contrastés qui furent les miens.

 

Vincent Huguet situe l’action dans les années folles. Je n’ai rien contre les transpositions dès lors qu’elles ont un sens et/ou qu’elles renforcent les caractéristiques de l’œuvre. En choisissant d’axer sa mise en scène sur une période marquée par une voracité de vivre face aux incertitudes du lendemain, Vincent Huguet semble s’être limité à rebondir sur le besoin de Manon de s’étourdir. De fait, l’opéra n’est plus qu’un prétexte à une mise en scène qui ne travaille que les fantasmes, parfois les idées de son auteur. Des Grieux a un coup de foudre pour Manon en lui tournant le dos, on attend un coche dans une gare Art Deco, Joséphine Baker fait des apparitions sonorisées et totalement décalées, l’un des prétendants éblouis de Manon est homosexuel, Manon elle même est tentée par les amours saphiques et les retrouvailles à St Sulpice verront les deux amants se rouler à terre, sur les dalles froides et inconfortables du sanctuaire. Alors, qu’au final, Manon soit fusillée alors qu’elle est supposée être internée dans un hôpital psychiatrique ne gêne plus grand monde. Bref une mise en scène de supercherie, sans intérêt et sans effet sur nos émotions. De cette production ne sont à retenir que les beaux et écrasants décors de Geisler et les lumières soignées de Bertrand Couderc.

 

Pretty Yende est en parfaite possession vocale de son rôle. Parfaitement projetée, la voix semble capable de tout : des aigus charnus et faciles aux graves sonores en passant par un médium aux couleurs variées. Le timbre est frais et dense. La diction est de grande qualité même si elle tend à s’empâter un peu au fil des airs. La caractérisation en revanche est plus aléatoire. Si à certains moments, elle peut conduire l’émotion à son comble (« Je ne suis que faiblesse... » par exemple), elle est parfois gênée par les choix musicaux de Dan Ettinger (le tempo trop lent de l’air du Cours la Reine) ou par les partis pris de mise en scène qui fait de Manon une gamine un peu niaise tout au long du Ier acte. Bref, le caractère ambigü, manipulateur de Manon est un peu absent et on en est presque surpris de ses exigences dans l’acte de l’Hotel de Transylvanie.

 

Benjamin Bernheim est tout au contraire totalement investi dans un Des Grieux naïf qui traverse une douloureuse éducation sentimentale. La diction est parfaite et le timbre est idéal pour le rôle. La voix est d’une rare homogénéité sur toute la tessiture, jusqu’à ces aigus parfois chantés en voix mixte. Parfaitement adapté à ce répertoire et en maîtrisant pleinement le style et les exigences de puissance et de demi-teintes, Benjamin Bernheim distille un plaisir rare et une grande émotion. Il sera justement ovationné aux saluts.

 

Ludovic Tézier offre un Lescaut de très grande qualité. La voix est toujours aussi ample, se déploie superbement sur une tessiture large et aux couleurs riches. Soutenu par une diction remarquable, lui aussi maîtrise impeccablement le style de ce répertoire.

 

Le français de Roberto Tagliavini est aussi de qualité et son comte, dont la partie parlée est importante, est convaincant. Le Guillot de Rodolphe Briand est sournois à souhait et Pierre Doyen est un Brétigny engagé. Du trio des jeunes femmes, on ne retiendra que la Javotte d’Alix Le Saux, au mezzo de grande qualité qui domine largement ses deux compagnes.

 

Dans la fosse, Dan Ettinger est l’autre déception de cette soirée. Après une ouverture assez peu sonore et mal structurée, il opte pour un mode tonitruant qui n’aide pas les chanteurs, voire choisit de curieux tempi (au Cours la Reine en particulier). Les chœurs, qui ont pourtant une importante et belle partie, sont moins convaincants et beaucoup moins précis que d’habitude ; ils semblent mal préparés.

 

Le public a réservé un grand succès à cette représentation que pour ma part j’ai estimé superbement chantée mais victime d’une mise en scène calamiteuse et d’une direction grandiloquente.

 

Programme et distribution :

 

Jules Massenet (1842-1912)

Manon

Opéra-comique en  cinq actes

Livret en français de Henri Meilhac et Philippe Gille, d’après l’Abbé Prévost

Créé à Paris (Opéra-Comique) le 19 janvier 1884

 

Mise en scène : Vincent Huguet

Décors : Aurélie Maestre

Costumes : Clémence Pernoud

Lumières : Bertrand Couderc

Chorégraphie : Jean-François Kessler

Dramaturgie : Louis Geisler

 

Manon : Pretty Yende

Le Chevalier des Grieux : Benjamin Bernheim

Lescaut : Ludovic Tézier

Le Comte des Grieux : Roberto Tagliavini

Guillot de Morfontaine : Rodolphe Briand

De Brétigny : Pierre Doyen

Poussette : Cassandre Berthon

Javotte : Alix Le Saux

Rosette : Jeanne Ireland

L’Hôtelier : Philippe Rouillon

Deux Gardes : Julien Joguet et Laurent Laberdesque

 

Orchestre et Chœur de l’Opéra national de Paris

Direction musicale : Dan Ettinger

 

Crédits photographiques : ©️Julien Benhamou

4 mars 2020 - Manon (Massenet) à l’Opéra national de Paris (Bastille)
4 mars 2020 - Manon (Massenet) à l’Opéra national de Paris (Bastille)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents